Le Royaume

Abbé Marcel Larouche

Abbé Marcel Larouche

L’identité de Pierre le Romain

– Confirmation prophétique –

À Amsterdam, la Dame de Tous les Peuples annonce qu’Elle reviendra sur la terre. Une telle annonce faite en ce lieu privilégié n’est-elle pas la prophétie de la présence de Marie dans l’actuel mystère de la Dame de Tous les Peuples? Elle avait dit en effet: «Je reviendrai; et ce sera comme la Dame de Tous les Peuples, debout sur le globe, devant la Croix, au milieu du troupeau du Christ.» (20 septembre 1951) «Je reviendrai. Et ce sera comme je l’ai promis aujourd’hui: publiquement.» (31 mai 1954)

Il s’agit donc bel et bien du retour public de la Dame sur la terre… «Je reviendrai (…) publiquement», dit textuellement la Dame de Tous les Peuples dans son message! Le mot «publiquement…» se réfère clairement à une présence en chair et en os et non pas à une apparition réservée à quelques personnes, il annonce une présence destinée à tout le monde et non seulement réservée à quelques privilégiés.

Il faut chercher à savoir où se produit cette présence de la Dame, en ce temps fatidique. Serait-il possible que la Dame soit présente au milieu de nous? De plus, selon ce qui est annoncé, cette manifestation nous «offrirait» alors le retour du Christ, car, d’après Vie d’Amour, la Dame a la mission de «redonner le Christ au monde».

En présence de cet instrument de Dieu, des chrétiens pieux et les Autorités religieuses attachés à la stricte observance de la loi se scandalisent autant que des juifs pieux et le Sanhédrin se scandalisaient de la présence de Jésus.

Clef de l'Église de Jean à l'effigie de l'Agneau de l'Apocalypse

Clef de l'Église de Jean à l'effigie de l'Agneau de l'Apocalypse

La Prophétie des Papes et l’Église de Jean

La mission de Marie-Paule, en configuration avec la présence du Seigneur Jésus relativement à la fondation de son Église, est liée à l’avènement de l’Église de Jean. Or, le mystère de l’Église de Jean pourrait très bien coïncider avec la conclusion de la Prophétie des Papes de saint Malachie. Ainsi, le 27 février 2000, Mère Paul-Marie reçoit une indication particulière du Seigneur: «Jean-Paul qui a l’Esprit de Jean et Paul-Marie qui a l’Esprit de Marie ont été liés pour introduire l’Église de Pierre en l’Église de Jean.» (Le Royaume, n° 139, mars-avril 2000, p. 5)

Saint Bernard de Clairvaux

Saint Bernard de Clairvaux (1090-1153)

Saint Malachie

Saint Malachie
(1094-1148)

Dans l’Église, il existe donc une prophétie appelée La Prophétie des Papes. C’est un «monument prophétique» qui fait parfois la une des journaux, notamment lors de l’élection d’un nouveau pape. On associe alors à celui-ci la devise que lui attribue la prophétie.

Celle-ci a été écrite par saint Malachie, un évêque irlandais du XIIe siècle (1094-1148), ami de saint Bernard. La prophétie comprend 111 devises latines correspondant à autant de papes; elle se réfère au lieu de leur origine, à des événements, des personnages ou à d’autres faits relatifs à leur pontificat.

La prophétie commence par la devise du Pape Célestin II (1143-1144): «D’un château sur le Tibre». Elle aligne ensuite 110 autres devises désignant les papes successifs, apparemment jusqu’à la fin de l’Église de Pierre, laissant présager que pourrait survenir alors un renouvellement en profondeur de la relation spirituelle de l’humanité avec Dieu.

Or, selon l’ordre d’attribution des devises, le Pape Jean-Paul II serait désigné par l’avant-dernière devise, la 110e, à savoir «De labore solis», et le Pape Benoit XVI par la dernière devise, la 111e, à savoir «De gloria olivae».

Attardons-nous quelque peu à Jean-Paul II, «De labore solis» (Du travail du soleil). C’est une devise hautement significative à cause du nombre des traductions possibles en relation avec son pontificat étonnant entre tous: le travail, l’éclipse, l’enfantement, la douleur, le soleil, l’aigle, la lumière, l’Esprit, le messager, le Christ, la Vierge Noire de Czestochowa. Tous ces sens se recoupent pour désigner la stature exceptionnelle, les activités et l’origine du Pape Jean-Paul II: «Le Soleil engendre le Pape lumineux, du travail du Soleil, de l’éclipse du Soleil, de l’enfantement du Soleil (...), lumière du Soleil (...), le travailleur rayonnant ou le travailleur solaire.» (Daniel Réju, Les Prophéties de saint Malachie, 1982, p. 133-135)

Daniel Réju

Daniel Réju

Jean-Paul II tenant en main la croix

S.S. Jean-Paul II

L’éminent journaliste parisien, Daniel Réju, commente ainsi, dès 1982, le pontificat de Jean-Paul II en relation avec sa devise «De labore solis»:

«Sur un plan de pure prospective, on peut se demander si le pontificat de Jean-Paul II ne sera pas marqué par un phénomène d’une extrême importance.         

«À ce stade, la devise, tout en désignant Jean-Paul II lui-même, et ce, de différentes manières (…), aurait un sens caché aussi capital, sinon plus, que son sens premier, et tout à fait indépendant de l’histoire de la papauté.» (Id., p. 143)

Comme nous l’avons vu plus haut, cette réflexion rejoint directement l’indication du Seigneur à Marie-Paule:

«Jean-Paul qui a l’Esprit de Jean et Paul-Marie qui a l’Esprit de Marie ont été liés pour introduire l’Église de Pierre en l’Église de Jean.» Cette indication se rapporte en effet à «un phénomène d’une extrême importance» et révèle «un sens caché (...) indépendant de l’histoire de la papauté».

D’ailleurs, n’est-ce pas pendant le pontificat de Jean-Paul II que la Famille des Fils et Filles de Marie fut fondée et que l’Armée de Marie a pris son essor? N’est-ce pas lui qui a protégé les premiers Fils de Marie en les plaçant sous la direction d’un évêque italien et qui a ordonné le premier d’entre eux? N’est-ce pas pendant son pontificat que les volumes Vie d’Amour ont été édités et se sont répandus à travers le monde?

Enfin, La Prophétie des Papes se termine par une conclusion énigmatique qui tranche avec le style lapidaire des 111 devises relatives à 111 papes:

«Pendant la dernière persécution que souffrira la Sainte Église Romaine siégera Pierre le Romain. Il paîtra les brebis au milieu de nombreuses tribulations; celles-ci terminées, la cité aux sept collines sera détruite; et un Juge redoutable jugera le peuple, le sien.» (Id., p. 55)

Pierre le Romain ne semble pas être un pape comme tel, la mention qui le concerne se trouvant en dehors de la liste des 111 devises latines se rapportant à 111 papes. La conclusion, dans laquelle est inséré ce nom, se distingue de l’ensemble de la Prophétie comme si l’auteur voulait signifier ainsi que l’avènement de ce personnage pourrait correspondre à un événement nouveau et régénérateur.

«Cette phrase de vingt-six mots [en latin], grammaticalement construite, clôturant le texte, paraît l’éclairer tout entier, le résumer, le conclure. Mieux, elle semble en composer la raison d’être, les 111 devises ne constituant qu’une sorte de vaste préambule (...). Pierre le Romain est-il un pape? Certainement pas: nous venons de le voir, les phrases qui lui sont consacrées se détachent nettement du corps du récit… De plus, lui seul est cité nominalement. Un antipape? Pas davantage: la prophétie accorde autant d’importance aux antipapes qu’aux souverains pontifes régulièrement reconnus par l’Église.» (Id., p. 155-156)

Padre Jean-Pierre

Padre Jean-Pierre

Ce commentaire écrit par Daniel Réju en 1982, et se rapportant à la conclusion énigmatique de saint Malachie, me semble annoncer l’avènement de l’Église de Jean.

Pour le prouver, je me réfère à présent à un texte que j’ai publié dans Le Royaume (n° 182, novembre-décembre 2006, page 14), sous mon pseudonyme de Joël Fortin, et dans lequel j’émettais l’hypothèse que Padre Jean-Pierre pourrait être ce Pierre le Romain annoncé par la Prophétie de saint Malachie:

«Dès lors, il se pourrait qu’il y ait un rapprochement intéressant à faire entre ce texte, qui clôt l’oracle de saint Malachie, et un autre texte prophétique écrit par Mère Paul-Marie en 1958:

«“Tout va arriver ensemble: menace de guerre nucléaire de la part de la Russie, difficultés terribles dans le monde, ce sera une vraie tour de Babel... Les ténèbres couvriront la terre... La persécution religieuse, ici, sévira pendant près de... Ce sera vraiment une nouvelle Rome... Voilà pourquoi le dernier Pape sera appelé ‘Pierre le Romain’.” (Vie d’Amour, vol. II, p. 126)

«Saint Malachie situe le Pape “Pierre de Rome” en dehors de la liste prophétique des 111 Papes, comme s’il était tout à fait différent des autres. Ne pourrait-il pas représenter à la fois la fin d’une ère et le commencement d’une nouvelle ère? (...) [Marie-Paule] dit que “le dernier Pape sera appelé ‘Pierre le Romain’ ”. Il y a correspondance manifeste entre l’oracle de saint Malachie et l’indication de Mère Paul-Marie.

«“Pierre le Romain” (...) ne serait-il pas d’ores et déjà parmi nous? Ne serait-il pas le Père Pierre Mastropietro? Le nom lui-même, Pierre Mastropietro, comprend deux fois le nom de Pierre, avec, entre les deux, le mot Maître (ou Seigneur). “La Prophétie des Papes” pourrait s’insérer dans la préparation du Royaume en confirmant les indications de Mère Paul-Marie, depuis l’an 2000, relativement à la mission de Padre Jean-Pierre, chef de l’Église de Jean. Ensuite, Mère Paul-Marie confirme encore la “Prophétie des Papes” de saint Malachie d’une autre manière: celle-ci parle de persécutions, de tribulations, de destruction, de jugement, alors que Mère Paul-Marie mentionne des réalités semblables: persécutions, guerre nucléaire, ténèbres, tour de Babel. La concordance est remarquable. (...)» (Le Royaume, n° 182, p. 14)

Il faut noter que Padre Jean-Pierre (Pierre Mastropietro) est Italien par son père. Daniel Réju explique que «Pierre le Romain» pourrait être quelqu’un originaire de Rome ou tout simplement d’allégeance catholique romaine (cf. Les Prophéties de saint Malachie, p. 159). En outre, le mot «Romain» ajouté à «Pierre» ne définirait-il pas précisément la continuité entre les deux formes d’une même Église en cours de «transmutation», selon le mot donné à Marie-Paule par le Seigneur?

Lettre prophétique de Marie-Paule

Soeur Jeanne d'Arc Demers

Sr Jeanne d'Arc Demers

Marie-Paule

Marie-Paule

Or, il y a quelques semaines, Soeur Jeanne d’Arc Demers, o.ff.m., me communique une lettre qui lui a été envoyée par Marie-Paule le 25 novembre 1967. En voici quelques extraits qui confirment l’hypothèse au sujet de Padre Jean-Pierre, à savoir son identité avec la figure de Pierre le Romain de La Prophétie des Papes de saint Malachie:

«(...) Depuis 1958, je sais que le dernier Pape inscrit aux prophéties de saint Malachie, Pierre II, ne sera pas à Rome, car tout en étant le dernier de cette ère du Fils de Dieu, il sera le premier de l’ère nouvelle mariale et je serai où sera ce nouveau Vatican. Il y aura une nouvelle Rome dans le monde, en ce sens que les persécutions seront identiques aux persécutions des premiers chrétiens. Et Pierre II sera originaire de ce milieu surnommé la nouvelle Rome et il sera donc Pierre le Romain. (...)» (Marie-Paule)

Cette lettre prophétique contient plusieurs informations importantes sur l’avenir de l’Église, alors même qu’en 1967 il n’y avait encore que l’Équipe mariale, car la fondation de l’Armée de Marie et de la Famille des Fils et Filles de Marie n’a eu lieu que durant les années 1970 et 1980.

Selon Daniel Réju, Pierre le Romain «constitue la grande inconnue de la prophétie (...), une coupure marquant une différence profonde, essentielle, entre Pierre le Romain et les 111 pontifes».

Cette «différence profonde» s’exprime, entre autres, dans le fait que Padre Jean-Pierre ou Pierre le Romain n’est pas appelé «pape», selon la demande du Seigneur à Marie-Paule, mais qu’il est plutôt appelé «Padre», et dans le fait qu’il a été désigné par le Ciel et non pas élu par un conclave. Justement, l’interprète Daniel Réju souligne avec force que ce personnage ne sera pas élu de façon habituelle par le conclave: «absence d’élection». (Cf. Les Prophéties de saint Malachie, p. 156)

S.S. Benoît XVI

S.S. Benoît XVI

À la veille des grands événements qui manifesteront en notre temps la puissance divine, il fallait que Dieu intervienne pour opérer les changements spirituels nécessaires à la continuation de ses projets. Avant la fin de la Papauté, telle qu’on la connaît depuis 2000 ans, le Seigneur a donc mis en place tous les éléments propres à assurer le grand passage de l’Église de Pierre à l’Église de Jean. Il avait fait la même chose avant la disparition du Temple de Jérusalem – en l’an 70 – avec le choix des apôtres et l’avènement de l’Église de Pierre à partir de l’an 30, établissant ainsi une nouvelle lignée spirituelle par rapport aux autorités religieuses juives existantes.

«Sans aucune réserve possible, la prophétie des papes de saint Malachie annonce également la disparition de l’Église romaine. La phrase finale, en ce sens, concernant Pierre le Romain et la destruction de Rome est suffisamment explicite. On peut également voir une indication relative à cette issue dans le fait que le dernier pape annoncé par la prophétie à la 111e devise, Gloria Olivae, sera le 265e souverain pontife officiellement reconnu par l’Église: 2+6+5= 13, soit 12+1, tout comme le Christ et ses apôtres: la boucle semble bouclée.» (Daniel Réju, id., p. 173), la Gloire de l’Olivier étant Benoît XVI.

Le Seigneur a indiqué à Marie-Paule, il y a deux ans, que «Benoît XVI était le Pape pour ce temps».

Les cinq Papes de la fin

L’analyse des devises des 111 papes prévus par saint Malachie montre que les dernières expressions sont les plus significatives, notamment celles des 19e et 20e siècles. C’est encore plus vrai si on s’arrête aux devises des cinq derniers papes, à savoir Jean XXIII (1958-1963), Pastor et Nauta (Pasteur et Pilote); Paul VI (1963-1978), Flos florum (La Fleur des Fleurs); Jean-Paul Ier (1978), De medietate lunae (De la moitié de la Lune); Jean-Paul II (1978-2005), De labore solis (Du travail du soleil); Benoît XVI (2005-...), De gloria olivae (De la gloire de l’olivier).

Sachant que les devises qualifiant les papes se rapportent aussi bien à leur vie personnelle qu’aux événements et personnages de leur règne, n’est-il pas pertinent de scruter le rôle de Marie-Paule relativement à ces devises désignant des papes ayant régné pendant qu’elle accomplissait sa mission? Celle-ci, d’ailleurs, s’affermit, connaît une sorte de crescendo à partir de 1958, correspondant à l’intensité croissante des devises papales de notre temps: Pasteur et Pilote (1958-1963), La Fleur des Fleurs (1963-1978), De la moitié de la Lune (1978), Du travail du soleil (1978-2005), De la gloire de l’olivier (2005-...)?

Assurément, tout au long de ces années, la mission de Marie-Paule s’est réalisée, d’une certaine façon, en «correspondance» avec ces thématiques spirituelles ecclésiales, puisque le Seigneur lui a dit le 21 novembre 1978: «VIENS, JE TE PRENDS MAINTENANT POUR MON ÉGLISE.» (Vie d’Amour, vol. XV, p. 442)

Pasteur, Fleur, Lune, Soleil, Gloire... voilà cinq mots qui pourraient décrire l’exceptionnelle mission de Marie-Paule. La vocation de Marie-Paule se retrouve dans le symbolisme multiple de ces devises, notamment la «Gloire», car la gloire de Dieu se profile avec le crucifiement; sans oublier les titres de Reine et Souveraine qui lui sont donnés.

La colombe blanche

Dans son livre sur Les Prophéties de saint Malachie, aux pages 170 et 171, Daniel Réju relate l’histoire des apparitions et des messages de la Dame de Tous les Peuples. Ceux-ci sont en effet très explicites à propos des changements qui apparaîtront dans la foulée de la décadence de l’Église:

«Tu ne peux savoir ce que réserve l’avenir. Tu n’as pas idée du grand danger dont Rome est menacée. Rome se croit forte; elle ignore comment elle est sapée. Sais-tu bien avec quelle urgence il convient d’agir? Sais-tu bien que la théologie doit céder le pas aux affaires de mon Fils?» (Raoul Auclair, La Dame de tous les Peuples, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1967, 29e vision, p. 116)

«Et je vois toutes sortes de gens au service de la religion, étudiants, prêtres, religieux et religieuses, etc., défiler en rangs très denses. La Dame hoche la tête et, lentement, appuyant sur les mots, elle prononce: “C’est bien triste à dire, mais cela ne vaut rien.”» (Id., 5e vision, p. 50)

Une colombe noire

La colombe noire

«Et je vois, sur l’église, planer une colombe noire. Je dis bien: une colombe, et noire! Du doigt la Dame la désigne:

«“Ceci est le vieil esprit. Il faut qu’il disparaisse.”

«Il disparaît en effet car, tout aussitôt, la colombe noire devient une colombe blanche.

«“Voici la colombe nouvelle.”» (Id., p. 50)

Colombe blanche de Spiri-Maria

La colombe blanche qui surplombe la statue de la Dame de tous les Peuples en la chapelle Spiri-Maria.

La colombe noire et la colombe blanche, la colombe qui s’éteint et la colombe nouvelle. La colombe nouvelle et blanche pourrait se rapporter à l’avènement de l’Église de Jean – pensons par exemple à la colombe au-dessus de la statue de la Dame de Tous les Peuples dans la chapelle Spiri-Maria. La venue de l’Esprit Saint Véritable est ainsi signifiée par la présence de la colombe annonçant l’ère de la Femme ou de la Dame, «l’avènement de l’ère de la Femme, coïncidant avec la venue du Paraclet et l’intervention de l’antichrist», selon Daniel Réju (cf. Les Prophéties de saint Malachie, p. 178) (Paraclet est un autre nom de l’Esprit Saint).

La Dame de Tous les Peuples nous a fait le don de l’Église de Jean et elle a désigné son chef spirituel, Pierre le Romain, Padre Jean-Pierre, «le dernier de cette ère du Fils de Dieu et le premier de l’ère nouvelle mariale», selon la lettre prophétique de Mère Paul-Marie à Soeur Jeanne d’Arc, alors que, en 1967, rien ne laissait présager un tel dénouement.

Puisse enfin le monde s’ouvrir à la bonne nouvelle de l’action décisive de Dieu qui se manifeste on ne peut plus visiblement!

Abbé Marcel Larouche